A Lettera d’Yvan

« FACE QUASI DICIOTTU MESI CH´EIU MI NE SO ANDATTU DA CASA MEIA. DIPOI, SO SENZA NUTIZIA DI I MEI E ELLI, DI ME. SE MI SPRIMU OGHJE, GHJE PER RISPONDE A L´ACCUSE CHI SO PURTATE CONTRU A ME. PA PRINCIPIA, TENGU A RIAFFIRMA CHI PA CIO CHI TOCCA A A VIULENZA PULITICA IN CORSICA, AGHJU SEMPRE DIFESU A LISTESSA PUSIZIONE : PA ME, SO ATTI DI RESISTENZA DI PETTU A UNA PULITICA DI NEGAZIONE DI U NOSTRU POPULU E DI I SO DIRITTI. STA PUSIZIONE, A DIFENDERAGHJU FIN´CH´UN SARA SULUZIUNATU U PRUBLEMA PULITICU CORSU. SULAMENTU, UN DA A NIMU U DIRITTU DI GHJUDICAMI E DI CUNDANAMI CUME HE STATA FATTA SINA A AVA PARCHE EIU NEGU CU FORZA I FATTI CHI MI SO RIMPRUVERATU IND´E L´AFFARE DI « PETRUSELLA » E « ERIGNAC ». UN´CI AGHJU MICCA PARTICIPATU ! D´APRESSU A CIO CH´AGHJU SAPIUTU, DUI MILITANTI NAZIUNALISTI INCARCERATI MI HANU MESSU IN CAUSA. DIPOI PIU DI UN ANNU, MI SI RODE UNA QUISTIONE : PARCHE ? CI SARA UNA RAGGIONE IMPURTATISSIMA, MA UN TOCCA MICCA A ME A DALLA. D´ALTRA PARTE, TENGU A DI CH´UN AGHJU BENEFIZIATU DI NISUN CUMPLICITA IN LA ME SCAPPATA. U ME TRAVAGLIU CHI MI CHJAMAVA TANDU IN MUNTAGNA M´HA PERMESSU DI FRANCALLAMI. QUANDE M´APPRUNTAVA A TURNA IN CASA MEIA, AGHJU AMPARATU CHI ERA RICIRCATU… MA DINO, DIGHJA CUNDANATU ! AGHJU TANDU DECISU DI PIGLIA RINCULU, E AGHJU FATTU BEN. U ME BABBU E I SO AMICHI SUCIALISTI UN CI SO PER NULLA. A QUELLI CHI MI DUMANDANU DI PRISENTAMI DAVANTI A A GHJUSTIZIA FRANCESA, RISPONDERAGHJU CHI SO OMU DI CUNVIZIONE E CHI STA GHJUSTIZIA CHI HA CUNDANNATU ANTONE ADAMI A 11 ANNI DI PRIGHJO PA DUI ATTENTATI, CHI HA INCARCERATU U PUVARETTU MARCELLU LORENZONI A 18 MESI CU UN CARTULARE VIOTU (E A LISTA HE LONGA), E CHI HA RICAPPIATU DOPU A MANCU DUI MESI DI PRIGHJO L´INFAME BONNET E I SO « SBIRRI » CHI AVIANU CUM´E PRUGHJETTU DI RIATTIVA L´AFFRUNTAMENTE TRA I NAZIUNALISTI, STA GHJUSTIZIA D´ECCEZZIONE A U SERVIZIU DI A SRADICHERA DI U MUVIMENTU NAZIUNALE UN LA POSSU CAUZIUNA : UN PENSU MANCU STAMPA A METTEMI IN MANU ! VOGLIU PRUFITTA DI L´OCCAZIONE CHI M´HE DATA PA FA SAPE A LA ME MOGLIA E A U ME FIGLIOLU CARI, A A ME MAMMA TANT´AMATA, A ME FAMIGLIA SANA E A TUTTI I ME AMICHI CHI SO IN BONA SALUTE E CHI U MURALE HE D´ACCIAGHJU. TENGU A RINGRAZIA TUTTI QUELLI CHI, IN CORSICA E ALTRO, M´HANU TESTIMUGNATU AIUTU E SIMPATIA.
DA COMPIE MANDU UN SALUTU FRATERNU A TUTTE VITTIME DI A RIPRESSIONE.
EVVIVA U POPULU CORSU, EVVIVA A LOTTA, EVVIVA A CORSICA NAZIONE.


YVAN COLONNA, PATRIOTTU RICERCATU.

CARE SURELLE, CARI FRATELLI,


ECCU A LETTERA CHE VI DUMANDU DI PUBLICA IN LU RIBOMBU, PA RISPONDE A LA DUMANDA DI U ME AVUCATU, ANTONE SOLLACARO (CHI AVARIA, SE TUTTU SI PASSA BE, DA RICEVE UNA COPIA) A FINE DI CHJARIFICA A ME PUSIZIONE. DA INDUVE SO, AGHJU POCU NUTIZIE DI A CORSICA, E SEMPRE MICCA DI A ME FAMIGLIA TALMENTE A « PRESSIONE » ANNANTU A ME HE MAIO… MA UN M´IMPEDISCE MICCA DI TENE FEDE IN LA NOSTRA LOTTA CHI FORSE SBUCCARA. VERIFICATE SEMPRE CH´UN AGHJU MICCA FALTATU SCRIVENDU STA LETTERA IN LINGUA NUSTRALE, MA ERA IMPURTANTE PA ME DI FA CUSI.


TANTI BASGI A TUTTI D´UN PATRIOTTU RICERCATU E… RESISTENZA ! SEZMPRE E PIU CA MAI. »


Source : U Ribombu n° 505 – Ghjovi u 4 di ghjennaghju 2001.


Traduction en français de la lettre d´Yvan Colonna, Adressée au journal U Ribombu, en janvier 2001.


« Cela fait quasiment 18 mois que j´ai quitté mon domicile. Depuis, je suis sans nouvelles des miens comme eux le sont de moi. Si je m´exprime aujourd´hui c´est pour répondre aux accusations portées à mon encontre.


Pour commencer, concernant la violence politique en Corse, je réaffirme la position que j´ai toujours eue. Pour moi, il s´agit d´actes de résistance face à une politique de négation de notre peuple et de ses droits. Cette position, je la défendrai tant que la question politique ne sera pas résolue. Seulement, cela ne donne à personne le droit de me juger comme cela a été fait jusqu´à aujourd´hui. Je nie avec force les faits qui me sont reprochés dans l´affaire dite de « Petrusella » et l´affaire « Erignac ». Je n´y ai pas participé ! D´après ce que j´ai pu savoir, deux militants nationalistes incarcérés m´ont mis en cause. Depuis plus d´un an une question me taraude : pourquoi ? Il y a sûrement une raison importante à cela. Seulement, ce n´est pas à moi de le dire. D´autre part, je tiens à préciser que je n´ai bénéficié d´aucune complicité au cours de ma fuite. Mon travail qui nécessitait ma présence en montagne m´a alors permis d´échapper au pire. Lorsque je m´apprêtais à regagner mon domicile, j´ai appris que j´étais recherché… mais aussi condamné ! J´ai alors décidé de prendre du recul et j´ai bien fait. Mon père et ses amis socialistes n´y sont pour rien. A ceux qui me demandent de me présenter devant la justice, je répondrai que je suis un homme de conviction et que cette justice qui a condamné Antoine Adami à 11 ans de prison pour deux attentats, qui a aussi incarcéré le pauvre Marcel Lorenzoni à 18 mois avec un dossier vide (et la liste est longue) et qui a relâché après deux mois de détention l´infâme Bonnet et ses sbires qui avaient comme projet celui de relancer la guerre entre nationalistes, cette justice d´exception au service de l´éradication du mouvement national, je ne peux la cautionner. Je ne pense pas un seul instant me rendre à la justice !


Je veux profiter de l´occasion qui m´est donnée pour faire savoir à mon épouse et à mon fils adoré, à ma mère tant aimée, à toute ma famille, à tous mes amis, que je suis en bonne santé et que le moral est d´acier. Je tiens aussi à remercier tous ceux qui, en Corse et ailleurs m´ont témoigné aide et sympathie. Pour terminer, j´exprime ma plus profonde solidarité à toutes les victimes de la répression. Vive le peuple corse. Vive la lutte. Vive la nation corse.


Yvan Colonna, patriote recherché.


Chères sœurs et chers frères,


Voici la lettre que je vous demande de publier dans le Ribombu, et cela, pour répondre à la demande de mon avocat, Antoine Sollacaro (qui devrait, si tout va bien, recevoir une copie) et cela, afin de clarifier ma position. De là où je suis, j´ai peu de nouvelles de la Corse et toujours pas de nouvelles de ma famille, tant la pression est importante. Mais cela ne m´empêche pas de garder confiance et foi dans notre lutte qui, je l´espère aboutira.


Je vous embrasse tous. Résistance ! Toujours et plus que jamais. »


Source : U Ribombu n° 505 – jeudi 4 janvier 2001.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *