Le cri d’innocence d’Yvan

Après que la Cour d’assises spécialement composée ait rejeté les conclusions déposées, vendredi dernier par la défense, à savoir les dix questions relatives à la valeur probante des déclarations de garde à vue, Yvan Colonna s’est adressé une dernière fois à la Cour. Voici ses mots remplis d’émotion.

 » J’ai le temps, Monsieur le Président ? La prison détruit tout, ma mère, je l’ai plus vue depuis 5 ans, mon fils 7 mois, aujourd’hui, il est là.

Je n’ai jamais eu aussi peur qu’aujourd’hui, même pas en cavale.

En 1999, ma vie a basculé, j’ai fait 8 ans de prison pour un crime que je n’ai pas commis.

Je n’ai pas participé à l’attaque de la gendarmerie et à l’assassinat du Préfet.

Je suis innocent, je vous demande de me croire. Je suis fatigué de me battre, je veux retrouver un peu de paix ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *