Colonna, Anatomie d’un procès truqué

Colonna, Anatomie d’un procès truqué
Vincent Le Coq
Editions Max Milo

Le 4 juillet 2003, seulement quelques minutes après l’arrestation d’Yvan Colonna, en fuite depuis quatre ans, le ministre de l’Intérieur et futur candidat victorieux à l’élection présidentielle interrompait une réunion publique pour annoncer que « l’assassin » du préfet Claude Érignac venait d’être arrêté.

À cet instant, le ton du procès qui devait suivre est donné. Il ne variera pas. Le procès d’Yvan Colonna est un procès politique. Yvan Colonna sera condamné non pas parce que l’enquête de la police, et à sa suite l’instruction, auront permis de démontrer sa culpabilité, mais uniquement parce que l’État n’a pas trouvé d’autre coupable.

L’auteur déconstruit le procès d’Yvan Colonna, de la scène du crime à sa condamnation. Il examine les faits établis et les zones d’ombre de la procédure, expose les irrégularités commises et les insuffisances de l’accusation : l’absence de reconstitution, les arrangements avec les preuves, les alibis et les témoins. Et finalement, ce sont les lacunes de la justice elle-même qu’il pointe du doigt.

Diplômé de sciences po, docteur en droit public, Vincent Le Coq a travaillé en tant qu’avocat de droit public dans l’un des plus prestigieux cabinets français. Il est aujourd’hui maître de conférences et fait partie du collectif Non/taire, qui a rédigé Manifeste contre les notaires (Max Milo, 2011).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *