Yvan Colonna ne pourra pas être transféré en Corse : « Il fait l’objet d’un fantasme sécuritaire »

Pour Me Patrick Spinosi, l’avocat du « berger de Cargèse », aucun élément dans son comportement de détenu ne justifie qu’on lui interdise un transfert dans une prison Corse.

INTERVIEWYvan Colonna reste un détenu « particulièrement surveillé ». Le Conseil d’Etat a rejeté lundi un recours d’Yvan Colonna, condamné à la perpétuité pour l’assassinat en 1998 du préfet Claude Erignac, qui demandait la levée de son inscription sur le registre des détenus particulièrement signalés (DPS) nécessaire à tout transfert. L’assassin du préfet Erignac, détenu à Arles, ne pourra donc pas rejoindre la prison de Borgo, au sud de Bastia, comme il le souhaitait.

« Ce statut est normalement temporaire ». « Ce statut lui interdit de pouvoir être incarcéré en Corse où se situe sa famille. Et c’est la raison pour laquelle nous cherchions à le faire lever », a précisé mardi son avocat Me Patrick Spinosi, au micro de Patrick Cohen sur Europe 1. « Ce statut est normalement temporaire dans la loi et il doit pouvoir être réexaminé tous les ans. Or tous les ans, on vient lui dire qu’il doit rester DPS parce qu’il a été condamné pour avoir tué le préfet Erignac. Et c’est ce que nous avions contesté ».

Pas de raison de penser à un « risque d’évasion ». Selon l’avocat, aucun élément dans son comportement de détenu ne peut justifier ce statut, renouvelé de façon automatique depuis 2003 en raison des liens entre le prisonnier et la mouvance indépendantiste corse. « Lorsqu’il a été évalué il y a cinq ans, il a fait l’objet d’un contrôle en interne. Et l’administration pénitentiaire a estimé que ce risque était faible ou ordinaire », rappelle l’avocat.

« Il n’y aucune raison de penser qu’il y ait un quelconque risque d’évasion pour Yvan Colonna. Néanmoins, il fait l’objet d’un fantasme sécuritaire et nécessairement il doit être particulièrement signalé. Et, nécessairement, cela aboutit à ce qu’il ne puisse pas être incarcéré en Corse alors qu’il est maintenant libérable en 2021 et qu’il est donc normalement dans une logique de fin de peine et de rapprochement avec sa famille », déplore-t-il, ajoutant qu’il allait désormais saisir la Cour européenne des droits de l’homme, « car cette décision porte une atteinte disproportionnée à la vie familiale d’Yvan Colonna ».

Vers une solution politique ? Après la tentative juridique, il dit chercher également une solution « politique ». « Il y a eu des engagements pris par le gouvernement pour le rapprochement des détenus corses et nous allons explorer cette piste immédiatement », pointe Me Patrick Spinosi. « Ce statut de DPS c’est le garde des Sceaux qui en a la maîtrise. Du jour au lendemain, s’il le décide, il peut très bien demander le rapprochement d’Yvan Colonna en Corse et c’est ce que nous allons chercher à obtenir ».

SUR LE MÊME SUJET :

6 réflexions sur « Yvan Colonna ne pourra pas être transféré en Corse : « Il fait l’objet d’un fantasme sécuritaire » »

  1. Condamné sans preuves. DPS sans motif. Si les oubliettes existaient encore, nul doute qu’ils l’y jetteraient sans la moindre honte. Les règles du Droit encore une fois bafouée. Les lettres de cachet de l’Ancien Régime monarchique sont toujours en vigueur au Pays, auto-proclamé, de Droits de l’Homme. La basse vengeance continue.

    1. L’entêtement des gouvernements successifs est un scandale politique. Tout est bon pour enfoncer le clou de la culpabilité de celui qui fut un bouc émissaire parfait pour l’administration Sarko. Je suis outrée d’apprendre qu’il ne sera pas transférable vers la Corse sous le couvert d’un classement de prisonnier spécial. Spécial certes, par le fait qu’il ne devrait pas être ni accusé, ni détenu. De quoi veulent-ils se prémunir? En tout cas leurs arguments ne suffiront pas à le montrer comme un coupable à ceux qui ne se sont jamais laissé endormir par les manipulations. Bon courage Yvan, nous sommes avec toi et j’imagine le bonheur qui sera le tien le jour où tu remettras les pieds sur ton île!!!

  2. Je suis aussi en colère que Niellu Leca. Pays des Droits de l’Homme ? Qui peut encore le croire ?
    Et j’ai lu je ne sais plus où cet argument extraordinaire : « Yvan Colonna a gardé des liens avec le mouvement nationaliste ! » (sous-entendu, il est donc potentiellement dangereux-image régulièrement entretenue, fondée sur rien, personne n’a oublié je pense son transfert « musclé » d’Arles à Réau monté de toutes pièces).
    Mais quel sens cela a-t-il aujourd’hui , alors que les nationalistes ont été portés au pouvoir de façon démocratique et sans contestation possible, sur des projets clairement explicités ! Déni de démocratie encore !
    Je ne sais pas si le pouvoir politique mesure les risques qu’il est en train de prendre, quand on mesure autour de nous la colère qui enfle face à toutes les injustices !

  3. Mon Dieu ! mais dans toute cette tragique histoire, depuis la publication dans  » Le monde  » de la dénonciation par les hommes du commando, depuis l’arrestation , la déclaration de Sarkosy condamnable – et malgré tout, reprise ce soir encore sur ViaStella -, les conditions d’incarcération, les trois procès indignes, les déclarations – ou les silences – de Madame Dominique Erignac, la décision de la CEDH, tout , tout n’est que scandale ! Abominable scandale ! Insupportable scandale ! Ce soir, à la veille de la grande manifestation, mes pensées vont à toi, Yvan, à vous, les Parents. Fratellanza.

  4. Yvan est un totem pour l’état; même à sa sortie en 2021 il aura droit à une surveillance étroite de policiers…

    L’état ne changera pas d’avis ni sur sa culpabilité ni sur le fait qu’à sa sortie il soit un emblème des nationalistes.

    Je lui souhaite une vie paisible et surtout sans haine à sa sortie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *