L’expert en balistique est formel : « Yvan Colonna ne pouvait pas être le tireur »

Aurèle Mannarini : « en aucun cas Yvan Colonna ne pouvait être le tireur »

Article de Corse Net Infos.

Aurèle Mannarini, l’expert en balistique qui au cours du deuxième procès d’Yvan Colonna, avait soutenu et démontré que l’assassin du préfet Erignac ne pouvait pas être Colonna, revient sur cet épisode du procès pour réaffirmer sa conviction et saluer la mémoire de celui qui a été assassiné à la prison d’Arles.

Comme la majorité des acteurs des procès qui s’est exprimée après l’assassinat d’ Yvan colonna je tiens a saluer sa mémoire et à assurer sa famille de ma compassion. Je suis intervenu comme expert lors du second procès. d’Edmond Simeoni dont j’ai été l’expert lors du procès d’Aleria en 1976 devant la cour de sureté de l’Etat, m’a contacté par l’intermédiaire de Christian Mondoloni et a sollicité mon expertise pour Yvan colonna .  

Dans mon rapport j’ai établi et confirmé lors de mon témoignage a la barre que le tireur devait avoir une taille très supérieure à celle d’Yvan Colonna . En aucun cas ce dernier ne pouvait être le tireur.    
Aucun expert de l’accusation ou de la partie civile n’a contredit mon expertise. Mieux celle ci a été renforcée d une manière implicite et explicite comme le médecin-légiste Paul Marcaggi qui a procédé a l autopsie du préfet Erignac, et Claude Schlinger, agréé auprès de la cour de Cassation.                                                                                                 

L’agressivité des magistrats à mon encontre lors de mon témoignage a la barre a permis a la défense d’obtenir l’annulation du deuxième procès auprès de la cour de Cassation et la tenue d un troisième procès.  
Lors de ce dernier la défense n’a pas sollicité mon témoignage pour évoquer et soumettre un deuxième rapport complémentaire au premier mais celui d un cabinet d experts sur le continent qui s est révélé ^tre le même que celui de la partie civile.  
En plusieurs décennies d’exercice et de fréquentation de procès en assises notamment, quand j’étais expert auprès du cabinet de maitre Paul Lombard à Marseille, je n’avais jamais constaté cette anomalie sur l explication de laquelle la défense est restée muette.  

Depuis la condamnation définitive j’ai continué d’entretenir des relations épistolaire avec Yvan, ses avocats successifs et soutenir tous les efforts de sa famille.  
Bien entendu je reste à la disposition de celle-ci plus que jamais pour une demande de révision de ce qui est un jugement inique.  
Paix a Yvan 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.