Livre d’Or

Laissez vos messages

 
 
 
 
 
 
 
Les champs maqués avec * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Pour des raisons de sécurité, nous sauvegardons votre adresse IP 3.238.186.43.
Votre message ne sera visible qu'après validation.
Nous nous réservons le droit d'éditer, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
255 messages.
BARON BARON de NANTES a écrit le 15 février 2021 à 9:29:
Bonsoir a à tous
Eh oui! on cherche manifestement à pousser Yvan à la faute pour y trouver prétexte au maintien de ce statut que rien ne justifie...
Personnellement je suis extrêmement déçue, dépitée par certains pers en qui je croyais naïvement, en définitive, qui ont défendu Yvan et parce que leurs statuts disons leurs postes est au plus près de la République et ils ne peuvent plus être dans l'authenticité de leurs vraies valeurs humaines et de justice quel déshonneur pour eux j'estime que c'est une forme de lâcheté! Nous vivons dans ce monde hélas...Auquel je ne prends aucunement part tellement il me dégoutte . J'espère vraiment qu'Yvan va être transféré cette année pour lui pour ses proches il serait plus que temps !!!! Sincères pensées à Yvan et sa famille Nathalie
Michel Lixon Michel Lixon de Voroux-lez-Liers a écrit le 4 février 2021 à 2:49:
Je suis prêtre et citoyen belge et depuis des années je soutien Yvan car je sais qu'il est innocent et je soutien Yvan, sa famille et le peupe Corse car je suis contre les injustices, je ne supporte pas l'injustice.
" Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous des graines " Proverbe mexicain.
Jamais nous n'abandonnerons Yvan.
Solidarité de Belgique
Niellu LECA Niellu LECA de Le Plessis Trévise a écrit le 4 février 2021 à 8:39:
Depuis deux jours, Yvan a entamé une grève de la faim et de la soif.
Jamais à court de brimades, l’administration pénitentiaire avait décidé de lui faire quitter la cellule où il a ses habitudes depuis des années. Suite à son refus, il a été mis au mitard.
Détenu exemplaire, comme en ont attesté tous les directeurs d’établissements pénitentiaires, il sera en droit dans quelques mois de prétendre à une liberté conditionnelle ou, pour le moins, à un rapprochement à Borgu. Seul obstacle “officiel“ son statut de DPS.
Après le prétendu projet d’évasion de 2012 censé motiver son transfert à Réaux, par cette nouvelle tentative de déstabilisation, l’administration particulièrement prévoyante, cherche manifestement à pousser Yvan à la faute pour y trouver prétexte au maintien de ce statut que rien ne justifie.
Forza Yvan ! Teni forte ! simu sempre è più che mai à fianc’à tè.
Niellu LECA Niellu LECA de Le Plessis Trévise a écrit le 3 janvier 2021 à 11:37:
Pace, Salute è Libertà.
Trois valeurs essentielles, vitales, aujourd'hui malmenées plus que jamais. Ne subsiste que l'espoir de jours meilleurs pour tous et d'abord pour Yvan et les siens.
Niellu LECA Niellu LECA de Le Plessis Trévise a écrit le 22 décembre 2020 à 1:16:
Se prononçant à l’encontre des deux commissions habilitées à statuer sur les conditions de détention des condamnés, dédaignant l’avis de la Ligue des Droits de l’Homme et le consensus des élus de l’Assemblée de Corse de toute appartenance politique réclamant la simple application du Droit, le Premier Ministre vient de refuser la levée du statut de GPS pour Pierre Alessandri et Alain Ferrandi (et donc, a fortiori pour Yvan).
Il fallait malheureusement s’y attendre même si, au pays dit des Droits de l’Homme, on est légitimement en droit d’attendre en matière de justice des décisions exemptes de l’ingérence du politique ou de quelque corps constitué.
La vengeance déguisée en justice est notre plus affreuse grimace, a dit François Mauriac et le déni du Droit est un affront infligé à chaque citoyen : la justice étant censée être rendue au nom du peuple français.
Lors du procès de février 2009, dans un compte-rendu d’audience, j'écrivais : les dés sont pipés. Près de douze ans après, ils le sont toujours.
Niellu LECA Niellu LECA de Le Plessis Trévise a écrit le 18 décembre 2020 à 4:59:
Sauvons le soldat Dupont-Moretti

Dans un décret, publié ce 18 décembre, le Premier ministre vient d'interdire au Garde des Sceaux "des actes de toute nature relevant des attributions du garde des Sceaux, ministre de la Justice, relatifs aux conditions d’exécution des peines et au régime pénitentiaire de personnes condamnées qui ont été, directement ou indirectement, impliquées dans les affaires dont il a eu à connaître en sa qualité d’avocat (…)"

En clair, Eric Dupond-Moretti ne pourra pas statuer sur le retrait du statut de DPS d’Alain Ferrandi, Pierre Alessandri, et éventuellement Yvan, sur lequel il devait se prononcer dans les semaines à venir.
Toute décision les concernant est dorénavant du ressort du Premier Ministre et donc, du Président dont, malheureusement, on connait la position en la matière…
Un décret tiré du chapeau qui tombe à point nommé pour dispenser E.Dupont Moretti d’être fidèle à ses prises de position d’il y a encore quelques mois.
Nathalie BARON Nathalie BARON de NANTES a écrit le 2 novembre 2020 à 10:17:
Bonjour à tous,

Faites comme moi écrivez à Eric DUPOND-MORETTI via facebook par exemple...Je ne pense qu'il vienne consulter le comité de soutien d'Yvan!! Courage à Yvan en espèrant que le garde des Sceaux ou parmi les sots (joli jeux de mots = il faut rire en ces temps difficiles dans ce monde d'incohérences et j'en passe...) Bonne continuation à tous et surtout meilleures pensées à Yvan!!!!!
BACLET BACLET de Villefranche de Lauragais a écrit le 24 septembre 2020 à 3:32:
À Eric...... Dupont Moretti.
Une des causes qui m'est très chère... Celle de la défense d'un homme désigné coupable. Alors je m'adresse publiquement au nouveau ministre de la justice (qui n'aurait du jamais accepter ce poste selon moi) Maitre Dupont Moretti.... Eric si je peux me permettre et je me le permet. Chti comme moi et indigné par une justice passée dont vous Eric avez été victime dans votre famille... Et comme dans cette affaire de Christian Ranucci qui comme vous et comme pour moi a réveillé cette révolte pour le respect du bénéfice du doute et la présomption d'innocence ...Bougez vous et mettez vos déclarations passées en phase avec votre poste si vos "chefs vous le permettent. Au moins et à minima le rapprochement des prisonniers politiques. Comme Yvan COLONNA en particulier. Sa famille, sa femme et puis sa mère, son père avec l'âge venant ne peuvent plus ou de moins en moins rendre visite à leur fils depuis la Corse au continent, comme le permet et promet la loi française sur le rapprochement familial. Non à la double peine avez vous déclaré. C'est la loi que vous avez défendu "becs et ongles" lorsque vous étiez avocat. À VOUS D'AGIR MAINTENANT COMME VOUS AVEZ SOIT DISANT LE POUVOIR. Ne vous taisez pas... Agissez selon vos, nos convictions... Ou... Démissionnez de ce piège à cons qu'est ce gouvernement qui se veut BC/BG...
Restez un homme de convictions, de respect et d'intolérance vis à vis des injustices. Je vous ai lu dans plusieurs de vos livres. Je vous ai vu dans plusieurs émissions... Je vous souhaite bon courage pour faire aboutir vos convictions. Mais au moins... Battez vous. Luttez avec nous contre les injustices et le respect des lois françaises : La présomption d'innocence, le bénéfice du doute et... Le rapprochement familial ! Courage la lutte ne sera pas facile, voir impossible !
Paps Paps de Nîmes ou Bastia a écrit le 11 septembre 2020 à 1:18:
Un joli message de Nathalie à qui je réponds "oui c'est INHUMAIN" et plus que ça .... Tout le monde souhaite un rapprochement qui me semble NORMAL vu les faveurs INTOLERABLES que l'on fait à des gens qui ont massacré des innocents gratuitement, c'est une honte ! Je soutiens comme d'autres et comme nous le pouvons mais ça n'enlève pas le poids de la peine qu'inflige cet enfermement qui n'a pas lieu d'être. C'est INFERNAL et INJUSTE ! C'est une liberté d'afficher (et soyons nombreux) "YVAN COLONNA OTAGE DE LA RAISON D'ETAT" tout comme "TUTTI AVEMU AIUTATU A YVAN". (Liberta per Yvan -la page FB- nous permet d'y participer) LE PLUS GRAND SOUHAIT EST QU'IL RESTE EN BONNE SANTE, MENTALEMENT FORT (il l'est), MAIS SURTOUT QU'IL SOIT PLUS PRES DES SIENS EN CORSE.
Nathalie BARON Nathalie BARON de NANTES a écrit le 11 août 2020 à 2:50:
Bonjour et Merci Alizia pour m'avoir confirmé que je peux tjs écrire à Yvan à Arles . J'aimerais tellement que son transfert se fasse désormais ce n'est pas humain ce qui se passe pour lui il a été jugé donc il peut et doit être transférer en Corse. Eric Dupond-Moretti devrait plaider sa cause pour. Je ne peux que soutenir Yvan par des écrits et comme d'autres le font mais être enfermé depuis tant d'années alors qu'il y a présomption d'innocence de surcroît tout cela me dépasse ...Nous vivons dans un monde difficile et de plus en plus incivil donc en prison qu'en est-il je m'interroge souvent mais au-delà de tout celui qui a une conduite irréprochable ne peut -on pas lui accorder une grâce??!!! ce sont des êtres humains renfermés qu'on leur donne les bons moyens d'insertion en prison pas de la haine il me semble qu'il faille tout réformer un vaste débat j'espère que notre nveau garde des sceaux aura la bonne stratégie pour faire adopter des lois moins désuets et plus humaines!!!!!
N.BARON
Alizia Alizia de Euskadi a écrit le 27 juillet 2020 à 8:39:
pour Nathalie Baron, vous pouvez toujours écrire à la même adresse, à Arles. Yvan va bien, enfin aussi bien que l'on peut aller quand on est enfermé.
Nathalie BARON Nathalie BARON de NANTES a écrit le 27 juillet 2020 à 2:26:
Pensées pour Yvan et ses proches!
Je n'ai plus de nouvelles d'Yvan qui j'espère va bien je lui ai écris juste avant le Confinement et après plus de réponse de sa part ? Pourvu que sa santé soit bonne!! je pense lui écrire à nouveau s'il est tjs à Arles la question que je me pose . Dois-je lui écrire au même endroit merci de me dire
Bien cordialement
En espèrant vivement que Dupont-Moretti l'aide pour un transfert en
Corse!! IL SERAIT TEMPS!!
Alizia Alizia de Euskal Herria a écrit le 17 juillet 2020 à 5:12:
Voilà déjà une semaine aujourd'hui que l'une des membres très active du comité de soutien est décédée, Mme Monique Gazzo, de Calenzana. Je tiens ici à lui rendre hommage, car Monique était une personne dont le soutien était des plus sincère et des plus impliquée. Je me souviens comment elle prenait toujours la défense d'Yvan, sachant argumenter son opinion, le temps qu'elle passait à chercher des objets naturels, pour confectionner des tableaux pour Yvan, n'hésitant pas à monter une petite exposition à domicile. Monique n'a pas hésité à venir faire le voyage à Marseille en novembre 2015 pour une réunion avec la LDH. Je trouve qu'elle méritait une pensée sur ce site et je regrette qu'elle n'ait pas eu droit elle aussi à un petit article au même titre que Mr Bedos . Il est vrai que Mr Dupont Moretti accapare en ce moment toutes les attentions, mais attendons de voir s'il est plus efficace pour Yvan en tant que garde des sceaux qu'en tant qu'avocat!!!!! Alors moi je dit à Monique Gazzo, SALUT L'ARTISTE, et bon vent dans un monde meilleur et plus juste.
Niellu LECA Niellu LECA de Le Plessis Trévise a écrit le 7 juillet 2020 à 8:37:
Le 22 mai 2020, sur RMC, l’avocat Éric Dupont-Moretti, reçu par Jean Jacques Bourdin dans le cadre de sa Matinale, déclarait :

“ On demande qu’il soit transféré dans un établissement pénitentiaire en Corse, à Borgo ou Ajaccio. Ce n’est pas une faveur parce que l’administration pénitentiaire se doit de permettre un rapprochement entre le détenu et sa famille. C’est infiniment compliqué pour la famille d’Yvan Colonna. Il ne vous a pas échappé qu’entre la Corse et le Continent, il y a la mer donc il faut prendre l’avion, donc tout cela est infiniment compliqué.
En général, l’administration pénitentiaire essaie d’améliorer le sort des familles et aussi le sort des détenus ; donc, ce n’est pas une faveur que l’on demande, c’est l’application des normes ordinaires.
Vu de Paris, Yvan Colonna est un prisonnier de droit commun ; vu d’une partie d’Ajaccio ou de Bastia, c’est un prisonnier politique mais comme c’est Paris qui décide, il est alors un détenu de droit commun, alors on essaie d’améliorer le sort des détenus de droit commun en leur permettant un rapprochement avec la famille.
Ensuite, vous savez ou vous ne savez pas et je vais vous donner cette précision : les prisons corses ont déjà hébergé de vrais bandits donc je pense qu’il n’y a pas plus de problèmes de sécurité en Corse qu’ailleurs et enfin, dernière chose, Yvan Colonna a un comportement en détention qui est irréprochable.“

Nous avons hâte de savoir ce que Éric Dupont-Moretti, aujourd’hui Garde des Sceaux et donc garant de la stricte application du Droit en matière de Justice, pense des propos du même Éric Dupont-Moretti, hier encore avocat pointilleux des droits des détenus et exigeant sans réserve le respect des devoirs de l’administration pénitentiaire.
LELIEVRE D LELIEVRE D a écrit le 7 avril 2020 à 6:32:
7 avril, aujourd'hui un peu plus que les autres jours, nous tenons à t'apporter notre soutien ainsi qu'à ta famille.
ARTHAUD VIVIANE ARTHAUD VIVIANE de Labatut a écrit le 7 avril 2020 à 10:59:
En cette période sombte je viens te souhaiter un bon et heureux anniversaire....
Prends bien soin de toi
Basgis
Niellu LECA Niellu LECA de Le Plessis Trévise a écrit le 7 avril 2020 à 7:56:
Femu a Corsica demande dans un communiqué la libération anticipée sous conditions des prisonniers politiques à la suite de la propagation du virus dans le milieu carcéral.
https://www.corsenetinfos.corsica/Covid-19-en-milieu-carceral-Femu-a-Corsa-preconise-des-liberations-anticipees-sous-conditions_a48943.html
Niellu LECA Niellu LECA de Le Plessis Trévise a écrit le 7 avril 2020 à 7:54:
O Yvan !
Nous sommes le 7 avril. Aujourd'hui, plus encore que tous les autres jours de l'année, je pense à toi, en espérant, encore et toujours que cet anniversaire soit le dernier que tu passes loin des tiens.
Niellu LECA Niellu LECA de Le Plessis Trévise a écrit le 2 février 2020 à 12:22:
ILS NOUS BALADENT…

Lors d’une suspension d’audience d’un des procès d’Yvan, nous arpentions, silencieux, Gilles Simeoni et moi, la “salle des pas perdus“, nous repassant le film des dernières heures. Gilles rompit notre réflexion en me demandant “ Allora, Niellu, chi ne pensi ? “ (qu’en penses-tu). Je lui répondis “ Ils nous baladent“ et il acquiesça d’un hochement de tête.

Rien n’a changé ; la ligne de conduite des autorités judiciaires a été figée une fois pour toutes dès l’instruction. Les arguments fallacieux, les constructions intellectuelles scénarisées qui, entachant les trois procès, ont servi de prétextes à une condamnation programmée ainsi que les entorses au Droit sévissent encore aujourd’hui, avec la même constance dans l’acharnement depuis plus de vingt ans.
A l’encontre du Droit, tant français qu’européen, la Cour d’appel de Paris vient de rejeter, une fois de plus, la demande de liberté conditionnelle de Pierre Alessandri, comme elle rejette systématiquement la demande de levée du statut de DPS d’Yvan et le rapprochement à Borgu des trois derniers condamnés de l’affaire Erignac.
Comme le dénonce Femu a Corsica dans son communiqué ci-joint, les motivations invoquées pour justifier ces décisions ne sont en fait qu’un leurre destiné à masquer une fin de non-recevoir. La balade continue.
“Il est des causes qui ne se plaident pas“ a asséné à ce sujet le Président de la République lors de sa visite à Bastia en février 2018. Si ! Celles du respect du Droit.

Communiqué de Femu a Corsica : (sources : Corse Net Infos – Maria Bettina-Colonna)

La Cour d’appel de Paris vient d’infirmer, par arrêt en date du 30 janvier 2020, la décision de première instance ayant fait droit à la demande de libération conditionnelle de Pierre Alessandri. Cette décision est lourde de conséquences en son principe comme en sa motivation. En son principe, d’abord : les premiers juges avaient autorisé Pierre Alessandri à continuer à purger sa peine à Borgu sous le régime de la semi-liberté, dans le cadre d’un projet de réinsertion professionnelle soumis à de strictes conditions de contrôle. Par ce jugement, ils avaient ouvert la porte à l’espoir, après 21 très longues années de prison purgées à l’extérieur de l’île. Cette porte ouverte sur l’espoir vient d’être brutalement refermée par les juges d’appel, y compris dans sa dimension relative à la mise en œuvre effective du droit au rapprochement prévu par les droits français et européen. L’arrêt de la Cour d’appel est inquiétant en son principe. Il l’est également par sa motivation.
Les juges retiennent en effet, pour refuser la liberté conditionnelle, des motifs tantôt inexacts (les cérémonies en hommage au Préfet Erignac donneraient lieu à « des tensions »), tantôt sans rapport avec la personnalité ou les faits pour lesquels Pierre Alessandri a été condamné (la France subit des attaques terroristes sur son sol ou à l’étranger pour des causes certes étrangères à la situation de la Corse mais dans ce contexte de terrorisme islamiste, « il faut conserver à la peine son caractère d’exemplarité ».)
Ces motifs ne résistent pas à l’examen. Près d’une génération a passé depuis que Pierre Alessandri a commencé à effectuer la peine de prison prononcée contre lui. La grande majorité de la société corse, des organisations humanitaires comme la Ligue des Droits de l’homme, de nombreux élus de toutes les familles politiques, en Corse comme à l’extérieur de l’île, ont demandé et demandent que le droit au rapprochement soit appliqué à Pierre Alessandri, mais également Alain Ferrandi et Yvan Colonna.
Et que leurs demandes de libération conditionnelle soient examinées et jugées conformément au droit, sans être polluées par la raison d’Etat ou l’esprit de vengeance. C’est cela aussi, rendre crédible et durable la logique de justice et de paix.
Femu a Corsica ne peut que condamner fermement ce qui constitue encore une fois, une fois de plus et de trop, la perpétuation d'une vengeance d'État maquillée par des arguments juridiques fallacieux qui ne résistent pas à l'analyse de fond.
L'Etat de Droit n'est pas le Droit de l'Etat. Et dans les paroles "Etat de Droit" le mot qui doit prévaloir en toute circonstance pour être conforme à la justice, c'est bien évidemment le mot "Droit".
En l'occurrence, dans le cas précis, le Droit au rapprochement et à une liberté conditionnelle est bafoué et piétiné, nourrissant le terreau de l'injustice. Cela n'est pas responsable. Cela n'est pas digne d'un État qui se veut le chantre de valeurs démocratiques. Nous en appelons à un sursaut rapide des vrais démocrates et à un règlement politique et juridique urgent de cette question. Il ne peut y avoir de "peines de mort" déguisées. Nous apportons notre soutien total aux familles concernées face à cette nouvelle preuve d'arbitraire.
Niellu LECA Niellu LECA de Le Plessis Trévise a écrit le 22 janvier 2020 à 10:40:
La situation d'Yvan évoquée au Parlement Européen

C'est ce mardi qu'une délégation du collectif Patriotti a été reçue au Parlement européen, à Strasbourg.
Cette dernière était invitée par Francois Alfonsi et Fabienne Giovannini et a rencontré la députée Diana Riba, épouse de Paul Roneva prisonnier politique catalan, Tatyana Zdanoka, Toni Comin l'eurodéputé catalan, et le député basque Fernando Barrera.
"Dans l'attente d'une véritable solution politique, qui, in fine, devra entraîner la fin de la répression et de toutes les pressions pernicieuses, nous avons exposé les entorses que la France fait à ses propres lois pour durcir sa politique répressive à notre encontre", écrit le collectif Patriotti, dans un communiqué.
Les cas d'Alain Ferrandi et Pierre Alessandri en détention depuis 21 ans ont été évoqués. "Avec Yvan Colonna leur cas relève d'une inadmissible vengeance d'Etat", poursuit Patriotti.
La délégation du collectif était composée de Patrice Murati, Ghjuvan'Filippu Antolini, Olivier Sauli et Félix Benedetti.
( source : Alta Frequenza – Frédéric Bertocchini )